Balade nocturne dans Paris

Balade nocturne entre le quai de Grenelle et le boulevard de Grenelle dans le 15ième avec mon iPhone en mode HDR Lightroom. 

Continue Reading

You may also like

Quels sont les critères définissant une “bonne” photo ?

A lire également http://ericheymans.com/bonne-photo/ sur le blog de Eric Heymans.
 
Critères objectifs  
Critères subjectifs 
Continue Reading

You may also like

Composition

Règle des tiers

Elle consiste à placer les éléments clef de l’image sur les lignes qui séparent les tiers verticaux et horizontaux, voire sur les intersections entre ces lignes. Ce faisant, on dégage le sujet et les éléments importants (comme l’horizon) du centre de la photo.
Une photographie composée selon la règle des tiers (en) est supposée plus dynamique et donne plus d’espace au regard pour vagabonder.

Mouvements et Regards

Les mouvements et les regards forment des lignes implicites sur une photographie. Il est de bonne pratique de laisser de l’espace sur l’image à ces lignes pour laisser le sujet « respirer ». Par exemple une photographie d’un avion en vol devrait idéalement laisser plus d’espace devant l’avion que derrière, de façon à suggérer le trajet vers l’espace vide.

Arrière-plan

Il est nécessaire de se concentrer sur le sujet principal mais en gardant un œil sur l’arrière-plan. Il faut éviter que celui-ci soit laid (poubelles, …) et/ou trop confus. Il suffit souvent de se déplacer légèrement pour supprimer un détail gênant.

10-simple-composition-tips-for-taking-good-photograph.w654

Source : WonderHowTo – 10 Simple Composition Tips

Quelques exemples

http://www.linternaute.com/photo_numerique/cadrage/

Ne manquez pas la video de Steve Mc Curry à ce sujet !

Pour aller plus loin 

Continue Reading

You may also like

Piqué

Plus le piqué d’une image sera important, plus l’impression de netteté sera grande.

On associe généralement le piqué à la résolution et/ou la définition de l’image, alors que cette notion concerne plus largement la capacité d’un ensemble capteur/caméra/objectif à faire ressortir les détails.
Le piqué est exprimé en nombre de lignes par millimètre qu’il est possible de distinguer.

Les facteurs influençant le piqué c-à-d l’impression de netteté sont multiples :

  • Vitesse : Une vitesse insuffisante induira un flou de bougé. La vitesse minimale à utiliser à main levée, sans stabilisation et avec un réflex standard, correspond à 1/(focale*1,5).
    Par exemple, avec un 100mm il faut rester en-dessous du 150ieme.
  • Mise au point approximative : Faire le point, surtout aux grandes ouvertures et/ou grandes focales, sur le sujet principal. Ne pas hésiter à forcer le boitier à utiliser un seul point autofocus et faire, par exemple pour un portrait, le point sur l’oeil le plus près de vous.
    Dans certains cas le couple boitier-objectif fait le point trop en avant (frontfocus) ou trop en arrière (backfocus). Les boitiers experts/pros permettent de régler cela en suivant une séquence d’étallonnage. Pour la plupart des boitiers grand public il faudra faire appel au service après-vente. Vous pouvez suivre la procédure décrite à partir de la page 14 de ce document  en anglais ou bien celui-ci en français pour vérifier et étalonner votre autofocus.
  • Qualité de l’objectif : De façon générale les focales fixes offrent un meilleur piqué que les zoom et la qualité (et donc le prix bien souvent) est déterminante.  Un 135mm fixe en gamme Pro (L) de Canon est bien meilleur que le 18-55 d’origine. Un achat à conseiller à tous (moins de 200€) : un 50mm F1.8 qui offrira non seulement un objectif très lumineux (F1.8) mais également très piqué en fermant le diaphragme. Sur un boitier grand-public cela correspond à un 75mm bien adapté au portrait. Le centre de l’objectif est quasi toujours plus piqué que les bords.
  • Conditions atmosphériques : Surtout au télé, la polution atmosphérique ou la brume vont diffuser la lumière et de ce fait  réduire le piqué. L’exemple typique est un paysage au petit matin avec cet aspect très doux, voir vaporeux, provenant de la diffusion de la lumière par les goutelettes de brume.
  • Ouverture (diaphragme) : Les objectifs sont en général les plus piqués vers F8 (sweet spot). Fermer le diaphragme (nombre élevé) permet de gagner de la profondeur de champ et donc l’impression générale de netteté mais attention à la  diffraction qui apparait aux petites ouvertures (F18 et plus).
  • Post-traitement : les logiciels de post-traitement permettent d’augmenter le contraste local et en conséquence l’impresion de netteté. Attention de ne pas abuser de cette posssibilité qui peut donner un aspect artificiel à vos images.
  • Haute sensibilité (ISO) : Le piqué est maximal à la sensibilité nominale (100-200 iso) du boitier et diminue au fur et à mesure que la sensibilité augmente. Le traitement, via le boitier ou en post-traitement,  du bruit provenant de cette montée en sensibilité va encore accentuer la perte de détails dans l’image.
Continue Reading

You may also like

Sauvegardes

Au temps des photos argentiques les risques de voir ses photos disparaitre étaient principalement le feu, l’inondation … et le temps qui abimait le tirage.

Avec la photo digitale on retrouve les mêmes risques, sauf celui du tirage, mais on y ajoute le risque technologique.

La seule approche raisonnable n’est pas de se demander SI on risque de perdre ses images (disque abîmé, effacé, volé, …) mais bien QUAND on va les perdre !
Soyez paranoïaque si vous ne voulez pas un jour vous retrouver sans vos photos …

La loi de Murphy est un adage qui s’énonce de cette manière : « Tout ce qui peut mal tourner, va mal tourner » (« Anything that can go wrong, will go wrong » Edward A. Murphy Jr.)
Selon une autre version du même adage, s’il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu’au moins l’une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu’un quelque part pour emprunter cette voie.

A mon sens il faut se prémunir du risque de perdre ses photos en adoptant a minima l’attitude suivante :

Copier dès que possible les photos de la carte mémoire vers le disque du PC/MAC

Les cartes mémoires sont bon marché et ne prennent pas de place. N’hésitez pas à en avoir plusieurs ce qui vous permet de ne pas effacer trop vite vos photos de la carte. Tant que cette étape n’est pas effectuée vous n’avez qu’une seule version de vos photos sur la carte mémoire.

Effectuer une copie de sauvegarde du disque PC/MAC vers un disque externe que vous gardez connecté à votre PC/MAC

Les cartes mémoires sont bon marché et ne prennent pas de place. N’hésitez pas à en avoir plusieurs ce qui vous permet de ne pas effacer trop vite vos photos de la carte. Tant que cette étape n’est pas effectuée vous n’avez qu’une seule version de vos photos sur la carte mémoire.

Il est également intéressant, voir essentiel, de doubler cette sauvegarde par une copie de vos images (et catalogues) vers un service de sauvegarde spécialisé (Amazon, Crashplan, …).

Exporter les photos vers un stockage en ligne

Les solutions les plus connues sont FLICKR, Onedrive, Dropbox, Google, Amazon…
Pour un coût annuel nul ou modique vous pouvez stocker en ligne vos photos.
Google Photos est particulièrement intéressant avec sont stockage illimité gratuit.
Si vous avez un abonnement MS Office 365 vous disposez d’un Terabyte de stockage inclus sur Onedrive.
De mémoire Flickr vous offre un terabyte gratuit.

Bonus : Vous pouvez facilement partager vos photos.

Vous pouvez à présent effacer votre/vos cartes le cœur léger pour une future utilisation

Il faut toujours formatter la carte dans l’APN et ne pas simplement effacer les photos.

Régulièrement (ex : Tous les trimestres, après un shoot important, …) copier ses photos vers un autre disque externe qui est stocké dans un autre lieu

Le but de cette sauvegarde est de vous prémunir d’un vol de votre matériel à domicile ou d’une destruction totale (ex : incendie).
Pour ma part j’ai plusieurs disques externes qui tournent pour ces sauvegardes. Je ne veux pas me trouver avec tous mes backups au même moment au même endroit.
Le stockage en ligne permet déjà de palier à ce genre de situation mais …

Continue Reading

You may also like

Modes d’exposition

En mode Priorité vitesse (S), l’utilisateur choisit de fixer la vitesse d’exposition, l’appareil  détermine la valeur de l’ouverture du diaphragme pour obtenir l’illumination requise.

En mode Priorité à l’ouverture (A), l’utilisateur choisit de fixer l’ouverture, l’appareil  détermine le temps de pose pour obtenir l’illumination requise.

En mode Automatique (P ou  Carré Vert), l’appareil  détermine un couple temps de pose/ouverture en fonction des caractéristiques déterminées par le fabricant. En mode P il est souvent possible de modifier le couple choisi en jouant avec une molette.

Continue Reading

You may also like