Adobe Camera Raw Enhance

Adobe vient d’ajouter une fonction “Enhance”, utilisant son moteur d’intelligence artificiel Sensei, permettant de multiplier par deux la largeur et la hauteur d’une image et donc par 4 le nombre de pixels.

Vous pouvez trouver ci-dessous un exemple qui permet en partant d’une photo de 17 Mpix d’imprimer en full size une image à 300 DPI de 90×60 cm.

Le gain dans les détails à même facteur d’agrandissement (Original Zoomed vers Enhanced 100%) est impressionnant.

A noter que Camera Raw provoquait le redémarrage du Mac à chaque utilisation de la fonction “Enhance” et j’ai dut désactiver l’utilisation du processeur graphique pour résoudre ce bug.

Dernier détail le fichier RAW (DNG) de l’image agrandie pèse 357 MB.

Original Picture : 5087 x 3391 = 17 Mpix (26 Mpix Cropped)
Enhanced Picture : 10175 x 6783 = 69 Mpix

Continue Reading

De la subjectivité des images …

Les photos c’est parfois comme les chiffres, on peut leur faire dire ce que l’on veut.

1ère version : Scandaleux, les gens sont les uns sur les autres à la côte ce week-end.

2ième version : Sympa ce week-end à la côte. Tout le monde a eu l’occasion de profiter du beau-temps en gardant les espaces de sécurité.

Ces deux images ont été prises du même endroit au même moment en face de Ster der Zee à Coxyde.

La différence ? Un téléobjectif 400mm écrasant les perspectives pour la 1ière image et un grand angle (smartphone) les dilatant pour la 2ième.

La réalité : Il y avait effectivement du monde mais sur la plage il y avait à minima 20 mètres, si pas 50 mètres, entre les personnes et donc aucun problème.

Continue Reading

PhotoBrussels Festival 05 (PBF05)

Visite, en compagnie de deux autres photographes de Bruxelles Pixels, de l’exposition “The World Within” dans le cadre du PhotoBrussels Festival 05 (PBF05) à Hangar Photo Art Centre.

Hangar launches the 5th edition of PhotoBrussels Festival, an event dedicated to photography that aims to radiate in the city.
PhotoBrussels Festival 05 will commemorate the year 2020: 419 artists in Europe responded to the “Call for European Photographers” launched during the lockdown (March-June 2020).

Hangar Photo Art Center

Pour ma part je retiendrai principalement les séries An unexpected Lesson in Joy (Nick Hannes), The Missing Piece. Chronicles from Milano during the lockdown (Giovanni Hanninen), Wuhan Radiography (Simon Vansteenwinckel) et Looking Out from Within 2020 (Julia Fullerton-Batten).

Vous avez jusqu’au 27 mars 2021 pour visiter cette intéressante exposition à Hangar Photo Art Centre à Ixelles.

A noter que de nombreuses expositions ont lieu à Bruxelles cette même période dans le cadre du “Festival Tour – PBF05“.

In 2020, PhotoBrussels Festival spread out in different places of the capital, Brussels, thanks to the Festival Tour. In order to make Brussels vibrate to the rhythm of photography, the Festival Tour listed all the exhibitions and initiatives related to the photographic medium during the festival period.

Festival Tour – PBF05

Quelques photos d’ambiance prises au smartphone …

Continue Reading

Meet Me

As you maybe know I’m a member of Viewfinders photography club of Brussels.

Each month a member of the club presents itself and his motivations for being a photographer in the club’s newsletter. In January 2021 that was my turn. So just click to discover a little bit who I am and why I taking pictures.

Meet Philippe Clabots – Viewfinders Newsletter Jan 2021 – Page 8

I am Philippe Clabots, from Brussels. I am married and
have two kids and, since mid-2018, one grand-daughter.
I’m a club member since Sept 2012 and an associate
committee member since 2018. I think I’m one of the few
club members who’s native from Brussels.
I used to travel for my job, spending nearly two days a week
in Paris for 10 years, but now I’m, as most of us, a
teleworker.
I’ve always been attracted by photography but my passion
started in 2007-2008. In 2009 I’ve bought my first digital
SLR, a Canon 50D. Since then I’ve moved to full-frame with
a Canon 6D and then a Canon 6D Mark II. I’m buying good
Canon EF lenses for more than 10 years now, from 14mm to
400mm, and I’m not keen to through them away. So my
next move will be one of the Canon full-frame mirrorless
camera.
Self-taught, I was formed thanks to readings, Facebook
groups, perseverance, the will to improve myself and
thousands of photos.
I am nevertheless convinced that the essential element of
this progression, or rather initiatory journey, is the
encounters I made during these years. Meetings with photographers, who will recognise themselves, but also,
since 2014, with the public during the exhibitions in which I
have the unceasing pleasure of participating.
Initially centred on opportunistic photography, depending
on my daily life or my travels, I am moving more and more
towards coherent sequences of images with the aim of
telling a story, transmitting an emotion or bearing witness
to a moment in life.
In 2018, we are four photographers to have set up the
“Bruxelles Pixels” collective, joined late 2019 by Hélène, a
famous VF member. We’re currently starting the
preparation of our 4th exhibition that will take place late
2021.

Newsletter Viewfinders – Jan 2021 – Page 8

Continue Reading

Adobe Lightroom, NAS and SSD …

Depuis quelques temps j’ai un NAS Synology (2x8TB répliqués) qui me sert de stockage principal et de backup pour mes photos.

Etant quelque peu paranoïaque sur le sujet tout cela est également répliqué sur un Time Capsule, des disques externes et dans le cloud …

Mon laptop (Mac Book Pro 512GB) ne peut pas contenir l’ensemble de mes images (environ 1,4TB) et je ne garde sur celui-ci que les images récentes (en gros 12 mois roulants).

Le reste de mes images se trouve sur mon NAS Synology avec une connection (Ethernet 1Gbit/sec) vers mon laptop et un accès internet en cas de besoin.

Quelques chiffres donnant les performances de lecture (NAS versus SSD) et le temps nécessaire pour lire entre 1 et 10.000 images.

Le SSD est bien entendu plus performant (environ 6x plus rapide) mais est-ce important ?

En fait non et pour deux raisons.

Première raison c’est que pour lire une image il faut au NAS seulement un quart de seconde, soit un temps quasi imperceptible.

Deuxième raison j’utilise Adobe Lightroom qui a la possibilité de générer des previews et des smart previews lorsque l’on importe les images. Cela demande quelques minutes de plus lors de l’importation mais accélère fortement la vitesse de traitement par après.

Ces (smart) previews une fois générées servent de “proxy” c-à-d que l’image apparait et peut-être traitée en Lightroom sans devoir attendre que celle-ci soit lue du support (SSD ou NAS ou disque externe) sur laquelle elle se trouve.

Dans le cas des Smart Previews l’image peut même être éditée (avec certaines limitations) lorsque l’image d’origine n’est pas disponible. Par exemple lorsque le disque externe contenant l’image n’est pas connecté au laptop.

Ce mécanisme, qui occupe de l’espace sur le disque de votre laptop mais sans commune mesure avec le stockage des fichiers originaux, permet de marier deux mondes : L’accès rapide, le (smart)preview sur votre SSD., et la capacité de stockage, disque externe ou NAS.

Pour ma part les photos dans la boucle de traitement (en gros je garde 12 mois roulants) sont sur mon laptop avec une copie de sauvegarde sur le NAS. Cette copie est effectuée automatiquement par l’application installée sur mon laptop.

NAS (Network Attached Storage) ?

Un NAS est un boitier contenant des disques gérés par un système d’exploitation dédié et connecté au réseau domestiquer via un cable Ethernet relié à la box fournie par votre fournisseur Internet (Belgacom, Telenet, Voo, …). En gros c’est un ordinateur dédié à la gestion du stockage.

Vous accédez à l’espace de gestion via un navigateur web.

Les données sont elles accessibles à tout appareil connecté à votre wifi, et même via une application dédiée ou un navigateur via Internet.

Le NAS apparait comme un disque réseau externe dans votre navigateur de fichier.

Ce stockage est également accessible via Internet. Vous pouvez donc accéder à vos fichiers à distance.

Les disques sont configurés en RAID c’est à dire que le contenu de ceux-ci est répliqué automatiquement et en permanence. Un disque défectueux n’entraine pas la perte des données. Il suffit de le remplacer et le NAS va répliquer les données sur le nouveau disque. Le minimum est donc deux disques mais certains NAS en comptent huit ou dix.

Dans le cas de deux disques l’espace utilisable est celui du disque le plus petit. Le ratio s’améliore lorsqu’on ajoute des disques.

Le NAS lui-même peut être sauvegardé automatiquement sur un disque externe dans un format compressé. Par exemple chaque nuit une copie de sauvegarde copie les éléments nouveaux ou modifiés sur ce disque de sauvegarde. Sur base régulière vous pouvez placer cette copie dans un endroit éloigné et connecter une autre disque de sauvegarde. La rotation de ce ce disque de sauvegarde permet de récupérer vos données en cas de destruction totale du SAN et de sa copie locale (vol, incendie, …).

Une autre façon de procéder est de connecter deux NAS en copie l’un de l’autre. Par exemple échange de bon procédé entre amis ou résidence secondaire. Pensez bien entendu à la consommation internet dans ce cas. Mieux vaut un abonnement avec volume illimité.

Il est également possible de créer un répertoire synchronisé sur votre PC ou MAC, de créer un backup de celui-ci, de créer des espaces pour d’autres utilisateurs ayant leur propre accès, …

De multiples applications existent permettant de stocker video, musique, photos, … et d’y accéder via divers appareils (smartphone, SMART TV, …).

Continue Reading