Hippodrome Wellington (Ostende)

L’hippodrome d’Ostende (Wellingtonrenbaan) a été construit en 1883 dans un style “Belle époque” par l’architecte Antoine Dujardin. Les bâtiments d’aujourd’hui datent de l’après-guerre et le hall principal de 1962.

En savoir plus …

L’ensemble, facilement accessible, dégage un charme désuet tout en jaune pâle et gris.

La lumière de ce jour de janvier, froide et diffuse, était parfaite pour donner l’impression d’être au coeur d’une aquarelle, avec ses teintes peu contrastées et peu saturées,.

Ouvrir l’album sur Flickr …

Continue Reading

2021 S02 Le baiser des Thermes

Couple d’amoureux sous les arcades de l’hôtel des Thermes par une froide et humide journée de janvier.

Hôtel des Thermes (Ostende)

Cela fait un bon moment que je voulais revenir à l’hôtel des Thermes et ses célèbres arcades à Ostende. Bon, c’était pour découvrir qu’une multitude d’étais ont été placés pour soutenir le plafond de la galerie.

Cela m’a donné l’occasion de jouer sur l’espace négatif et de visiter l’hippodrome.

Continue Reading

Marolles

Ouvrir l’album complet sur Flickr …

Continue Reading

Palais de Justice (Bruxelles)

Surtout connu pour ses échafaudages présents depuis 1987, soit 33 ans, le palais de Justice de Bruxelles aura peut-être un nouveau visage d’ici 2023. En espérant que les panneaux, présentant le futur du palais, éparpillés sur le sol ne soient pas un mauvais présage …

En attendant je vous propose quelques variations photographiques prises lors d’une sortie dans les Marolles.

Le Palais de justice de Bruxelles est un imposant bâtiment de style éclectique d’inspiration gréco-romaine situé sur la plus grande place de Bruxelles, la place Poelaert. D’une surface au sol de 26 000 m2, il est plus vaste que la Basilique Saint-Pierre de Rome[1]. Il est l’œuvre de l’architecte Joseph Poelaert.

Wikipedia / https://www.wikiwand.com/fr/Palais_de_justice_de_Bruxelles

Ouvrir l’album sur Flickr …

Continue Reading

Meet Me

As you maybe know I’m a member of Viewfinders photography club of Brussels.

Each month a member of the club presents itself and his motivations for being a photographer in the club’s newsletter. In January 2021 that was my turn. So just click to discover a little bit who I am and why I taking pictures.

Meet Philippe Clabots – Viewfinders Newsletter Jan 2021 – Page 8

I am Philippe Clabots, from Brussels. I am married and
have two kids and, since mid-2018, one grand-daughter.
I’m a club member since Sept 2012 and an associate
committee member since 2018. I think I’m one of the few
club members who’s native from Brussels.
I used to travel for my job, spending nearly two days a week
in Paris for 10 years, but now I’m, as most of us, a
teleworker.
I’ve always been attracted by photography but my passion
started in 2007-2008. In 2009 I’ve bought my first digital
SLR, a Canon 50D. Since then I’ve moved to full-frame with
a Canon 6D and then a Canon 6D Mark II. I’m buying good
Canon EF lenses for more than 10 years now, from 14mm to
400mm, and I’m not keen to through them away. So my
next move will be one of the Canon full-frame mirrorless
camera.
Self-taught, I was formed thanks to readings, Facebook
groups, perseverance, the will to improve myself and
thousands of photos.
I am nevertheless convinced that the essential element of
this progression, or rather initiatory journey, is the
encounters I made during these years. Meetings with photographers, who will recognise themselves, but also,
since 2014, with the public during the exhibitions in which I
have the unceasing pleasure of participating.
Initially centred on opportunistic photography, depending
on my daily life or my travels, I am moving more and more
towards coherent sequences of images with the aim of
telling a story, transmitting an emotion or bearing witness
to a moment in life.
In 2018, we are four photographers to have set up the
“Bruxelles Pixels” collective, joined late 2019 by Hélène, a
famous VF member. We’re currently starting the
preparation of our 4th exhibition that will take place late
2021.

Newsletter Viewfinders – Jan 2021 – Page 8

Continue Reading

2021 S01 Couché de soleil sur le port industriel de Dunkerque

Je vous concède que le sujet n’est pas glamour mais la lumière d’un soir d’hiver permet de donner une autre dimension à celui-ci.

Je suis très souvent à Coxyde et je reste fasciné par les variations infinies de lumière en fonction des saisons, de la météo et de l’heure de la journée.

Cette photo, prise à partir de la plage de Coxyde – St Idesbald avec un 400mm, inaugure mon projet photographique “Une photo chaque semaine“.

La capacité du matériel dont nous disposons aujourd’hui est tout bonnement extraordinaire. Il n’y a quasi pas de lumière, le port est à au moins quinze kilomètres mais on peut clairement distinguer un vol d’oiseaux dans le lointain.

Et à l’arrière du port entre les industries et le stockage gaz à droite on peut distinguer les 6 enceintes de la centrale nucléaire de Gravelines. Sur la droite des enceintes se trouve le feu de St Pol.

Centrale nucléaire de Gravelines dans le lointain.

2021 S01 Couché de soleil sur la plage de Dunkerque

Continue Reading

Adobe Lightroom, NAS and SSD …

Depuis quelques temps j’ai un NAS Synology (2x8TB répliqués) qui me sert de stockage principal et de backup pour mes photos.

Etant quelque peu paranoïaque sur le sujet tout cela est également répliqué sur un Time Capsule, des disques externes et dans le cloud …

Mon laptop (Mac Book Pro 512GB) ne peut pas contenir l’ensemble de mes images (environ 1,4TB) et je ne garde sur celui-ci que les images récentes (en gros 12 mois roulants).

Le reste de mes images se trouve sur mon NAS Synology avec une connection (Ethernet 1Gbit/sec) vers mon laptop et un accès internet en cas de besoin.

Quelques chiffres donnant les performances de lecture (NAS versus SSD) et le temps nécessaire pour lire entre 1 et 10.000 images.

Le SSD est bien entendu plus performant (environ 6x plus rapide) mais est-ce important ?

En fait non et pour deux raisons.

Première raison c’est que pour lire une image il faut au NAS seulement un quart de seconde, soit un temps quasi imperceptible.

Deuxième raison j’utilise Adobe Lightroom qui a la possibilité de générer des previews et des smart previews lorsque l’on importe les images. Cela demande quelques minutes de plus lors de l’importation mais accélère fortement la vitesse de traitement par après.

Ces (smart) previews une fois générées servent de “proxy” c-à-d que l’image apparait et peut-être traitée en Lightroom sans devoir attendre que celle-ci soit lue du support (SSD ou NAS ou disque externe) sur laquelle elle se trouve.

Dans le cas des Smart Previews l’image peut même être éditée (avec certaines limitations) lorsque l’image d’origine n’est pas disponible. Par exemple lorsque le disque externe contenant l’image n’est pas connecté au laptop.

Ce mécanisme, qui occupe de l’espace sur le disque de votre laptop mais sans commune mesure avec le stockage des fichiers originaux, permet de marier deux mondes : L’accès rapide, le (smart)preview sur votre SSD., et la capacité de stockage, disque externe ou NAS.

Pour ma part les photos dans la boucle de traitement (en gros je garde 12 mois roulants) sont sur mon laptop avec une copie de sauvegarde sur le NAS. Cette copie est effectuée automatiquement par l’application installée sur mon laptop.

NAS (Network Attached Storage) ?

Un NAS est un boitier contenant des disques gérés par un système d’exploitation dédié et connecté au réseau domestiquer via un cable Ethernet relié à la box fournie par votre fournisseur Internet (Belgacom, Telenet, Voo, …). En gros c’est un ordinateur dédié à la gestion du stockage.

Vous accédez à l’espace de gestion via un navigateur web.

Les données sont elles accessibles à tout appareil connecté à votre wifi, et même via une application dédiée ou un navigateur via Internet.

Le NAS apparait comme un disque réseau externe dans votre navigateur de fichier.

Ce stockage est également accessible via Internet. Vous pouvez donc accéder à vos fichiers à distance.

Les disques sont configurés en RAID c’est à dire que le contenu de ceux-ci est répliqué automatiquement et en permanence. Un disque défectueux n’entraine pas la perte des données. Il suffit de le remplacer et le NAS va répliquer les données sur le nouveau disque. Le minimum est donc deux disques mais certains NAS en comptent huit ou dix.

Dans le cas de deux disques l’espace utilisable est celui du disque le plus petit. Le ratio s’améliore lorsqu’on ajoute des disques.

Le NAS lui-même peut être sauvegardé automatiquement sur un disque externe dans un format compressé. Par exemple chaque nuit une copie de sauvegarde copie les éléments nouveaux ou modifiés sur ce disque de sauvegarde. Sur base régulière vous pouvez placer cette copie dans un endroit éloigné et connecter une autre disque de sauvegarde. La rotation de ce ce disque de sauvegarde permet de récupérer vos données en cas de destruction totale du SAN et de sa copie locale (vol, incendie, …).

Une autre façon de procéder est de connecter deux NAS en copie l’un de l’autre. Par exemple échange de bon procédé entre amis ou résidence secondaire. Pensez bien entendu à la consommation internet dans ce cas. Mieux vaut un abonnement avec volume illimité.

Il est également possible de créer un répertoire synchronisé sur votre PC ou MAC, de créer un backup de celui-ci, de créer des espaces pour d’autres utilisateurs ayant leur propre accès, …

De multiples applications existent permettant de stocker video, musique, photos, … et d’y accéder via divers appareils (smartphone, SMART TV, …).

Continue Reading